APNEA, Quand la nature délave vos jeans.

Quand on sait que délaver un jean nécessite une cinquantaine de traitements chimiques au chlore et au permanganate de potassium pour avoir cet aspect vieilli de façon artificielle, on a envie de dire : STOP AU DENIM ! Alors certes, éliminer le jean de sa garde robe est quelque peu ambitieux (voire impossible, qu’on se le dise !).. Oui, en grand incontournable de notre garde robe, qu’il soit skinny, straight, taille haute ou taille basse, on ne se lasse pas de son côté casual, cool et dégaine. Mais on peut MIEUX acheter son jean et en conscience. Le créateur italien Daniele De Biase mène depuis 2 ans un projet hors du commun pour favoriser, à son niveau, l’insertion de l’éco-denim dans l’industrie de la mode. Sa curiosité, son ingéniosité et sa jeunesse (il n’a que 20 ans) l’ont poussé à inventer une alternative 100% green pour délaver les jeans. Focus sur un label inédit  : Apnéa.

La nature fait si bien les choses…

Des traitements chimiques à outrance, une pollution des sols exacerbée et un coût humain phénoménal… voilà comment nous pourrions résumer en une phrase les conséquences du délavage de l’indigo pour avoir cet effet used hyper trendy sur nos jeans. Le come-back fulgurant du jean délavé boyish typique des 90’s a sollicité ces dernières années de façon irraisonnée toute la machine industrielle et économique du secteur de la mode. Face à l’un des procédés les plus nocifs pour la terre, le créateur Daniele de Biase est partisan d’une mode qui prend son temps et qui laisse la nature faire les choses. Face à 50 traitements chimiques pour le délavage d’un jean, Daniele de Biase a besoin d’un champ de vigne, de 365 jours et des 4 saisons pour délaver les jeans.

Je vous avais parlé d’ingéniosité ? Nous y sommes. À Altavilla, dans une petite ville de la province d’Avellino, réputée pour son vin, son fromage et ses produits locaux, Daniele De Biase s’inspire de l’authenticité gastronomique qui l’entoure et de son environnement naturel extrêmement riche pour concevoir une façon inédite de délaver le jean. Exposé un an aux conditions météorologiques, au changement cyclique des saisons, à la pluie, au beau temps et à la neige, mais aussi au passage de certains animaux, le jean s’use par lui-même et vieillit naturellement en étant suspendu au beau milieu d’un champ de vignes. En laissant la vie suivre son cours pendant 365 jours, le jean subit sur lui le cycle des 4 saisons. Il en résulte des jeans délavés de façon authentique et unique.

Apnea, un label qui porte bien son nom…

En fondant Apnea, Daniele De Biase veut nous interpeller et nous signifier quelque chose de fort : la terre est à bout de souffle. Elle suffoque, elle est en apnée. Si nous continuons à produire des vêtements sans aucune conscience humaine, sociale ou écologique, nous risquons de l’asphyxier d’avantage. Pour le créateur, Apnea est aussi le nom qui définit très justement l’état actuel de l’industrie de la mode. Depuis la chute du Rana Plaza, les propos de Greta Thunberg et la mise en place des fashion revolution week, l’industrie de la mode voit son statu quo attaqué par les grands acteurs de cette industrie et par les sociétés de plus en plus exigeantes. Animés par la quête de profit, la rentabilité et la production de masse, les acteurs de la mode se retrouvent rattraper par un état apnéique étouffant. Pour Daniele De Biase, la mode est aussi en apnée car tiraillée entre une bonne conscience et une logique fondamentalement commerciale. Derrière ce label, le créateur assume sa vision, s’impose à son échelle et apporte sa pierre à l’édifice.

Apporter sa pierre à l’édifice…

Conscient que son label est une initiative de niche encore très peu connue en Europe, Daniele De Biase fait preuve d’une motivation sans égale. Il est de ces personnes qui veulent apporter leur pierre à l’édifice coûte que coûte et qui pensent qu’une petite action vaut mieux qu’une inaction pour bouger l’ordre global des choses. Fondé il y a tout juste deux ans, c’est avec son label Apnea que Daniele donne une visibilité nouvelle à ses batailles. Il veut montrer son opposition sans détour à la logique commerciale de l’industrie de la mode, au phénomène du “je me met au vert car c’est tendance” communément appelé greenwashing, et à un système de mode encore trop peu inclusif et ouvert sur le monde.

Pour lui, les grandes enseignes de la fast fashion n’ont pas eu d’autres choix que de se mettre à la mode durable. Face à une société de plus en plus intransigeante, la mode responsable s’est quelque peu imposée à ces entreprises. Toutes les initiatives portées par celles-ci suivent une logique fondamentalement commerciale et business-oriented. C’est ce que révoque le jeune créateur. Pour lui, des milliers d’autres réalités de la mode durable ayant une logique profondément humaine et altruiste passent sous silence parce que les médias décident de ne pas s’en intéresser. Il s’insurge contre un système qui met plus facilement en lumière des grands groupes, n’ayant pas peur de faire du greenwashing, au détriment de petits créateurs ayant une rage de réussir sans limite et des inventions hors du commun à l’image du vieillissement naturel de la toile de jean.

Des inspirations à foison et des ambitions à profusion…

Daniele De Biase n’aime pas être mis dans une case. Plus qu’un créateur, c’est un véritable porteur de projet. Des inspirations multiples l’amènent à avoir aujourd’hui une réflexion autour de la mode responsable. Du Rap New Yorkais, en passant par l’art abstrait d’Andy Warhol, à Will Hunting, Daniele De Biase utilise tous les arts qui sont en sa possession, toute la culture dont il peut se servir pour s’inspirer. Utiliser simplement et humblement des capacités hors du commun et ingénieuses, c’est ce qui le fascine derrière le personnage principal de Will Hunting. C’est aussi ce qui l’amène à voir le champ de vigne sous un nouvel angle et à en faire un véritable laboratoire expérimental de vieillissement naturel de la toile de jean. Il admire Tremaine Emory pour la portée sociale et éthique qu’il met dans chacun de ses projets de mode. Il ne voit pas la mode comme un business mais comme le moyen de distiller un peu plus d’amour, de paix et d’union entre les gens. (Tremaine Emory ne te dit rien du tout ? Click here !) Daniele De Biase revendique une telle logique avec Apnéa, nul doute que ses inspirations l’amènent à porter de grandes ambitions.

Aujourd’hui, Daniele De Biase vend exclusivement ses produits sur son eshop. Il propose deux collections par an et diversifie ses ventes en proposant accessoires et kimonos japonais entre autres. Ambitieux, il ne s’arrête pas là et est toujours en quête de nouvelles méthodes innovantes et incongrues pour sublimer la couleur du vêtement. Teindre un vêtement en collaboration avec une entreprise de vin est sa nouvelle idée. Une teinture 100% naturelle avec du marc de raisin … il fallait y penser ! Il a pour perspective de grandir encore et encore et de se faire connaître sur le marché européen d’ici quelques années et c’est tout ce qu’on lui souhaite.

Sur ces magnifiques mots de fin, la rédaction Sapristi vous propose en exclusivité jusqu’au 19 décembre 2021 une offre de -10% sur l’ensemble de l’eshop Apnéa!! GO, GO, GO. Avec le code SAPRISTIMAG.

Pour d’autres “Une Semaine, Un Créateur”, rendez vous sur notre rubrique dans les prochains jours!

By Célia Rakotomavo

 

SAPRISTI MAG is an independant exclusive magazine established in Paris, France.

Distinguishing itself from other magazines by its strong values, Sapristi is not afraid to stand up for sustainable and slow fashion, feminism, and pro LGBTQ+ art work. We give exposure to all those greats items created with a better future in mind and showcase amazing creative work. Sapristi aims to position itself as a blend of elegant photography, sustainable fashion, and well-being.

More Stories
Aniella