Sapristi N°2 is OUT ! Sapristi N°2 est disponible !

Katharine Hamnett, véritable pionnière d’une mode éthique et éco-responsable.

Avril 2013, chute du Rana Plaza au Bangladesh.. c’est autour de cet événement que la plupart des gens situent les débuts de la mode éthique et éco responsable. Dans la conscience collective, la mode durable est un concept récent, qui mûrit petit à petit et qui a à peine une décennie. Or dès les années 1980, une figure à contre-courant décide de mettre les pieds dans le plat. Celle qui bouscule tous les codes de la mode traditionnelle en parlant “mode durable” et “coton biologique” bien avant tout le monde, celle qui méprise l’industrie pour laquelle elle travaille en dénonçant tous les industriels profitant du système, celle qui clame haut et fort : “l’industrie de la mode ne changera qu’avec une arme à feu à sa tête” : c’est Katharine Hamnett. Focus sur cette femme Sapristiment inspirante. 

Katharine Hamnett, real pioneer of an ethic and eco-responsible fashion.

On April 2013, Rana Plaza in Bangladesh collapsed… it is around this event that awareness about sustainable fashion starts for the majority of people. In the collective consciousness, sustainable fashion is a relatively new concept (which is less than a decade old), and that grows up bit by bit. However, in the eighties, a countercurrent personality decides to put her foot in it. The one who shakes the codes of this traditional sector talking about “sustainable fashion” and “organic cotton” well before everybody, the one who despises the fashion industry denouncing all the profiteers of the system, the one who protests loud and clear : “the industry will only change with a gun at its head” ; this woman is Katharine Hamnett. Focus on this woman Sapristitely inspiring.

Quelques mots valent mieux qu’un long discours … les débuts de la pionnière.

Créatrice de mode britannique sortie tout droit de la Central Saint Martins School of Art and Design de Londres, elle lance son label indépendant Katharine Hamnett London en 1979. Sa marque est une vitrine de ses valeurs politiques, de ses convictions économiques, sociales et humaines et de sa lutte pour une mode plus juste. Il s’agit moins d’une mission que d’une véritable vocation pour cette créatrice de mode engagée. Dès ses débuts sur la scène mode britannique en 1980, elle se donne comme ambition d’assainir l’industrie de la mode en pointant du doigt les pays et les grands groupes profiteurs du système… Autrement dit tous “ces gens de l’industrie de la mode” pour qui elle éprouve un mépris sans merci.

Elle connaît un succès incroyable lors de ses débuts. Les plus grandes stars s’arrachent son esthétique super cool, un brin provoc’rock et résolument sexy, des défilés aux quatre coins du monde rendent visible sa marque à l’international, dans les médias et dans la rue, elle porte la casquette de “mauvaise fille intègre” qui gagne en 1984 le British Fashion Council of the Year (qui récompense les créateurs les plus innovants de l’année). La notoriété, Katharine l’acquiert en inventant le concept du slogan choc sur les t-shirts : les slogans “CHOOSE LIFE”, “NO WAR, BLAIR OUT” ou “PROTEST AND SURVIVE” ont fait le tour du monde et ont marqué la planète mode.

Some words are better than a long speech … the beginning of the pioneer.

British fashion stylist studying in the Central Saint Martins School of Art and Design of London, she launches her independant brand in 1979. Her brand is a tool for her political values, her economic, social and human convictions and her struggle for a more equitable fashion. It is less a mission than a crucial vocation for this involved stylist. When she starts as a stylist in 1980, she wants to clean the fashion industry denouncing countries and big enterprises that took advantages of the system… In other words, all “those people of the fashion industry” she despises merciless.

At the beginning of her career, she is quickly really famous. The biggest stars want to wear her super cool, slightely provoc’rock and resolutely sexy aestethics. Fashion shows all over the world make her brand more visible at the international scale, in the media and in the streets, she endorses the role of “the bad honest girl” that wins the 1984’s British Fashion Council of the Year (that rewards the most innovative creators of the year). The fame, Katharine wins it inventing the shocking slogan on t-shirts : slogans “CHOOSE LIFE”, “NO WAR, BLAIR OUT” or “PROTEST AND SURVIVE” goes around the world.

La réputation, elle la conquiert en rendant la Princesse Diana, Mick Jagger ou George Michael complètement “addict” à son label. Du grand Katharine Hamnett ? Un message court et puissant porté par une personnalité adulée mondialement… un combo plus que parfait en somme. Elle le dit elle-même à propos du slogan : “quand on le croise, on ne peut que le lire, il reste dans la tête.”

The reputation, she wins it making the Princess Diana, Mick Jagger or George Michael totally addicted to her brand. Some typical Katharine Hamnett ? A short and powerful message worn by a globally beloved personality… a more than perfect combo in other words. She says it herself about the slogan : ” when somebody sees it, one can only read it, it sticks in your head”

La guerre avant la guerre.

Celle qui aurait pu se reposer sur une telle réussite a décidé d’oser et de prendre des risques. Face à une industrie dont elle découvre petit à petit les travers et les horreurs au début des années 1990, elle se bat et va jusqu’à se débarrasser de sa propre marque pour se dédier corps et âme à ses convictions en faveur d’une mode plus juste. Oui, en réelle pionnière, Katharine Hamnett fait la guerre avant l’heure et doit mettre en péril son confort de styliste de mode internationale pour faire bouger les choses et mettre un coup de propre dans une industrie qui est selon elle “dégueulasse”.

War before war.

The one who could have taken advantage of such a success decided to dare and risk. Discovering bit by bit the quirks and horrors of this industry at the beginning of the nineties, she fights and gets rid of her own label in order to dedicate herself to her convictions for a more equitable fashion. As a real pioneer, Katharine Hamnett makes war before everybody and has to endanger her professional safety to make things change. She wants to purify an industry that is “gross” according to her.

Si elle met son label en pause le temps de mener sa propre guerre, elle utilise pendant 30 ans la mode sous toutes ses coutures pour mener à bien ses batailles. Lancement d’une ligne de t-shirts en coton biologique dans les années 2000, organisation de défilés à visée uniquement sociale pour récolter des fonds… En faisant de la mode à son image, son but est d’en disloquer l’industrie.

If she decides to abandon her label in order to lead her own war, for 30 years, she has used fashion to fight her battles. She launches in 2000 a collection of organic cotton t-shirts. She organises caritative fashion shows. She makes fashion, with the purpose of dismantling the fashion industry

Son engagement politique et social est sans détour.

Engagement politique d’abord, lors de sa rencontre coup-de-poing avec Margaret Thatcher en 1984. Serrer la main du Premier Ministre Britannique en étant vêtue d’un t shirt blanc oversize avec l’inscription “58% don’t want Pershing”… quel cran ! (si tu ne sais pas ce que c’est, Google est ton ami <3)

Her direct political and social involvement.

Political involvement first, when she meets Margaret Thatcher in 1984. Shaking Prime Minister’s hands wearing an oversized t-shirt with the slogan “58% don’t want Pershing”… this is audacity! (if you don’t know what Pershing is, Google is your BFF <3)

Elle revêt et affiche sur elle un message politiquement dérangeant dans le contexte de la Guerre Froide d’alors. Si elle se met dans la poche plus de la moitié des Européens… elle ose provoquer 42% des Européens qui ne sont pas d’accord avec son message. Ce “je m’en foutisme” aussi libéré et exalté qu’elle cultive au fil de sa carrière  est admirable, inspirant et fait rêver…

She wears a politically disturbing message in the Cold War context. If she seduces more than half of Europeans… she provokes 42% of Europeans that disagree with her message. That ‘ could’nt-give-a-damn approach’ that she cultivates during her career is admirable and inspiring…

Engagement social ensuite, lorsqu’en 1985 elle organise un événement prestigieux de mode au Royal Albert Hall de Londres dans le but de récolter des fonds pour lutter contre la famine qui ravage l’Afrique. En 2003, elle fait défiler Naomi Campbell et Nadja Auermann avec les t-shirts “ SAVE AFRICA, USE A CONDOM” pour lutter contre le SIDA en Afrique.

Social involvment, when in 1985 she organises a prestigious fashion event in the Royal Albert Hall of London to fight against African famine. In 2003, Naomi Campbell and Nadja Auermann were seen on the catwalk for Katharine Hamnett with “SAVE AFRICA, USE A CONDOM” t-shirts to fight against AIDS in Africa.

En 2003, elle fait le pari de lancer une ligne 100% éthique et parle pour la première fois dans l’industrie de la mode de coton biologique lorsqu’elle constate les dommages que la culture traditionnelle de coton cause aux communautés maliennes. Katharine Hamnett est cette femme qui a un avis sur tout et à tous les niveaux qu’ils soient politique économique social ou culturel. De la guerre en Irak, en passant par le Brexit, elle affiche son opinion et ose jusqu’à déranger les systèmes politiques en place.

In 2003, she dares to launch a 100% ethical collection and for the first time talks about organic cotton in the fashion industry when she realizes how much the traditional cotton culture damages malian communities. Katharine Hamnett is this woman who has an opinion on everything and at all levels (political, economic, social or cultural). From the war in Irak to the Brexit, she demonstrates her opinion and dares to disturb the current political systems.

Le vêtement est pour la créatrice ce qui nous donne une identité et une personnalité en société. On affiche qui l’on est aux autres quand on choisit de sortir avec telle ou telle tenue. Vous imaginez donc bien que le slogan “CANCEL BREXIT” imprimé sur une gamme de ses T-shirts est une évidence pour elle… isn’t it?

According to the stylist, the clothing item is what gives us an identity and a personality in society. We show who we are in the streets when we choose to go out with these clothes or these ones. You can imagine how obvious for her is the slogan ‘CANCEL BREXIT’ printed on t-shirts… isn’t it?

Une altermodeuse.

Katharine est plus qu’une femme pleine d’audace qui bouscule les codes. Elle est une altermodeuse qui entretient avec son art un rapport d’amour et de haine. Son amour pour la mode est une évidence : elle donne sens à toutes ses batailles sociales, politiques et économiques en utilisant le vêtement comme porte-drapeau. La haine qu’elle développe pour cette industrie se trouve dans son mépris vis-à-vis des grands groupes qui exploitent les petits producteurs et les communautés locales et des pays qui font fi des lois sociales et des droits de l’homme.

An alterfashionista.

Katharine is more than an audacious woman that shakes up the rules. She is an alterfashionista that loves and hates her art. She naturally loves fashion : for each social, political, economic struggle she leads, she uses a clothing item as a flag carrier. She hates the fashion industry because she despises industrials that exploit little productors and local communities, and the countries that don’t care about social laws and human rights.

Fervente défenseuse des droits de l’Homme, on lui fait honneur en la nommant Commandeur de l’Ordre de l’Empire Britannique en 2010, en l’érigeant Marraine de l’univers So Ethic du salon Prêt à Porter Paris.

Fervent human rights defensor, she is nominated as the Commander of the Order of the British Empire in 2010, she is the godmother of the department So Ethic of the salon Prêt à Porter Paris.

Depuis 2017, elle relance sa marque avec une capsule de vêtement upcylés, des messages toujours aussi poignants et une production made in Europe.

Since 2017, she revives her brand with a capsule of upcycled clothes, bold messages and a European production.

Elle inspire aujourd’hui de grands noms de la mode qui utilise le slogan pour rendre audible une cause. En inscrivant sur les t-shirts de sa collection le slogan “WE SHOULD ALL BE FEMINIST”, Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison Dior fait directement écho à l’audace typique de Katharine Hamnett.

She inspires today great personnalities in the fashion industry that use slogans as a weapon to make their cause audible. With the slogan ‘WE SHOULD ALL BE FEMINIST’, Maria Grazia Chiuri, the artistic director of Dior echoes to the typical boldness of Katharine Hamnett.

Retrouvez d’autres portraits de femmes sapristiment inspirantes dans les prochains jours !!

Find other portraits of women sapristitley inspiring in the next few days !

By Célia Rakotomavo

 

SAPRISTI MAG is an independant exclusive magazine established in Paris, France.

Distinguishing itself from other magazines by its strong values, Sapristi is not afraid to stand up for sustainable and slow fashion, feminism, and pro LGBTQ+ art work. We give exposure to all those greats items created with a better future in mind and showcase amazing creative work. Sapristi aims to position itself as a blend of elegant photography, sustainable fashion, and well-being.

More Stories
Aiyna : grand-mother and grand-daughter creating sustainable bags in North of France